Acheel passe le cap symbolique des 100.000 contrats, Marketing et Vente

Il ya des seuils symboliques qui marquent la vie d’une start-up. L’insurtech Acheel, qui s’est lancée il ya un an sur les marchés de l’assurance habitation et de l’assurance santé, vient déjà de passer la barre des 100,000 contrats signés. La licorne Alan, positionnée uniquement sur la santé, a mis trois ans et demi pour atteindre ce montant tandis que Luko, spécialisé dans l’habitation, en a eu pour dix-huit mois.

Environ 50 % des contrats proviennent de son activité de vente d’assurances en direct, avec une forte dominance dans l’habitation et le chien-chat. L’autre moitié émane des partenariats – majoritairement dans la santé – noués avec des courtiers et grossistes comme Santiane et Meilleurtaux. « Nous signons désormais plusieurs milliers de contrats de santé par mois, c’est rare dans ce secteur », se félicite Ralph Ruimy, cofondateur et PDG d’Acheel. Une belle vache à lait puisque les primes dans la santé sont élevées.

Un modèle qui mixe B to B et B to C

Cette activité B to B, qui se rapproche de celle de Wakam (ex-Parisienne Assurances), consisting of a construire des produits sur mesure pour des acteurs tiers. « Habituellement, un acteur va mettre douze à dix-huit mois avant de mettre à disposition un produit à un assureur. Chez Acheel, on le fait en deux mois », assure Ralph Ruimy. En douze mois, l’insurtech, qui a un agrément d’assureur, a collecté 35 millions d’euros de primes.

« Quand vous vous appuyez sur des courtiers et grossistes, vous faites rapidement du volume. C’est très intéressant d’avoir tout de suite travaillé en B to B alors que la plupart des insurtech ne font que du B to C », souligne Florian Graillot, fondateur d’Astorya Ventures, un fonds de capital-risque spécialisé dans ‘insurtech, qui fait référence aux start-up françaises Luko, Leocare ou encore Lovys.

Son coût d’acquisition, tout produit confondu (santé, habitation, chien-chat et propriétaire non occupant) s’élève à 70 euros et celui de l’habitation tourne autour de 50 euros. Environ 30% de moins que les assureurs traditionnels. Rien de surprenant pour les deux cofondateurs d’Acheel qui viennent tous les deux du monde de l’acquisition (l’un dans l’assurance et l’autre dans le digital).

Une gestion « à la papa »

Acheel fait plutôt partie des start-up qui font attention à leurs dépenses. Elle a notamment automatisé beaucoup de processus comme la gestion de sinistre, un gros center de coût dans l’assurance. Pour remborser un sinistre chien-chat, par exemple, à aucun moment un gestionnaire ne va prendre en main le dossier.

« Ce sont des entrepreneurs très pragmatiques qui ont la culture de la rentabilité. Ils brûlent trois à quatre fois moins de cash que d’autres insurtech à leur stade de maturité », note Jean de La Rochebrochard, associé chez Kima Ventures, qui est aussi au capital d’Alan et Luko. « Nous avons déjà refusé des contrats en B to B car on savait que ça ne serait pas rentable », illustre Francky Défossé, autre cofondateur d’Acheel.

Pour l’instant, l’insurtech n’a pas encore trop de sinistres (car elle est très jeune) et ne perd donc pas encore beaucoup d’argent. Les deux fondateurs assurent même n’avoir dépensé “que” 5 millions de leur levée de 29 millions d’euros – une partie devant de toute façon être bloquée pour des raisons réglementaires.

Diversification dans l’assurance auto

Cette gestion en bon père de famille ne les empêche pas d’avoir un plan de croissance ambitieux: 200,000 contrats et 70 millions d’euros de primes d’ici la fin de l’année. Pour y parvenir, Acheel lancera notamment à la fin du mois l’assurance auto, un produit qui a une prime élevée et qui draine du volume en ligne.

« Nous avons déjà des milliers de préinscriptions », glisse Ralph Ruimy. Contrairement à leurs autres produits, les tarifs de l’assurance auto ne seront pas moins chers que ceux du marché mais elle sera taillée pour tout type de conducteur, même ceux avec de gros malus. Acheel compte s’étendre en Europe du Sud en 2023… comme l’ont fait ses concurrents Luko et Leocare ces derniers mois.

Leave a Comment