Assurance habitation : le zonage des risques divise les agents

– publié le

Ces dernières années, la fréquence des catastrophes naturelles a fortement augmenté. Face à cela, certains assureurs habitation ont mis en place des outils de cartographie très précis. Le but: permettre aux compagnies d’assurance habitation de géolocaliser les biens assurés et de mesurer leur exposition aux événements climatiques. Toutefois, cela n’est pas sans faire débat.

Catastrophes naturelles et assurance habitation

Un outil pour mesurer l’exposition aux catastrophes naturelles

Selon France Assureurs, les sinistres habitation liés aux catastrophes naturelles sont évalués à 143 millions d’euros d’ici 2050. Par rapport à la période 1989-2019, cela représente une augmentation de 93%.

Ainsi, face à cette hausse de la fréquence des événements climatiquescertains assureurs habitation tels que Generali et Axa ont désormais recours à des outils de cartographie très précis. Ces derniers permettent d’évaluer les zones à risques.

La force de la catastrophe naturelle est évaluée par un code couleur.

  • Zone jaune : 1 chance sur 100 d’avoir une inondation tous les ans ;
  • Zone rouge : 1 chance sur 10 d’avoir une inondation tous les ans.

Les agents généraux inquiets face à ces nouveaux outils d’assurance habitation

Si ces nouveaux outils de cartographie s’avèrent très utiles, certains agents généraux se montrent inquiets. Pascal Chapelon, président d’Agéa, la fédération des syndicats d’agents généraux, explique :

Si nous continuons ainsi, certain zones considérées fortement à risques ne seront plus assurées en MRH par certains assureurs. C’est problématique pour les agents généraux implantés dans les zones en question. Après avoir acheté un portefeuille, ces derniers ne peuvent plus réaliser d’affaires nouvelles. Car, même si les contrats ne sont pas résiliés par la mandante, ils sont très fortement majorés ce qui aboutit au même résultat.

D’après un agent de Generali, la compagnie est confrontée à plus de refus de souscription de contrat d’assurance habitation depuis l’apparition de ces outils.

Un agent Axa ajoute égallement :

Même si l’on est bien conscient que les enjeux climatiques représentent un poids en termes de sinistralité, ce genre de zonage va à l’encontre du principe même de l’assurance, à savoir laisation des risques. Dans une même rue, il peut y avoir des tarifications différentes pour le même risque. Dans les prochaines années, de plus en plus de personnes risquent de se retrouver sans assurance.

Leave a Comment