Avec son système permettant de lever les mains du volant, Mercedes veut doubler Tesla sur les voitures autonomes

Un niveau de plus dans l’autonomie des voitures. Mercedes-Benz va commercialiser en Allemagne à la mi-mai des véhicules équipés du système “Drive Pilot” permettant d’atteindre le niveau 3 avec, dans certaines circonstances, la possibilité de lever les mains du volante mails de consulter un film… Ce système sera proposé aux acheteurs des deux modèles les plus chers de la marque allemande, la Classe S et son pendant électrique EQS, pour 5 000 et 7 430 euros hors taxes.

Concrètement, ce système ne sera utilisable qu’en cas de fort trafic sur les autoroutes et à condition que la vitesse maximale ne dépasse pas les 60 km/h. Toutefois, le pilote doit être à tout moment en capacité d’intervenir en moins de dix seconds si le système le lui demande. Dans le cas contraire, la voiture s’arrête automatiquement « de manière sécurisée ». Pour analyser son environnement et décider des manœuvres, le système Drive Pilot homologué par la marque depuis 2019 s’appuie sur un grand nombre de capteurs, dont un système LiDAR de télémétrie laser de l’équipementier Valeo.

Un pas de plus vers l’autonomie totale des voitures

Ce système est un pas de plus vers l’autonomie totalal des voitures même si les constructeurs avancent à pas comptés dans ce domaine qui fait apparaître de nombreuses questions juridiques et notamment sur la responsabilité des constructeurs. Chez Tesla, la conduite autonome commercialisée actuellement est de « niveau 2 » et nécessite un conducteur attentif à tout moment, supervisant les opérations de l’ordinateur de bord. Pour autant, l’entreprise est sous le feu des critiques du régulateur américain, qui lui reproche d’avoir ignoré ses recommandations sur le système d’aide à la conduite.

Le constructeur Audi avait pensé intégrer cette technologie sur son vaisseau amiral, l’A8, avant de se rétracter. Le groupe Stellantis (Peugeot-Fiat) prévoit de son côté de mettre en œuvre en 2024 son premier système de niveau 3. Toutefois les pays commencent à intégrer l’autonomie des véhicules dans leur législation. Si l’Allemagne a autorisé le niveau 3 dans l’autonomie des véhicules dès 2017. Fin 2020, le Japon est devenu le premier pays au monde à homologuer un système autonome de niveau 3 sur la voie publique. Honda devrait d’ailleurs commercialiser en série limitée un véhicule équipé dans les prochaines semaines. En France, la circulation des véhicules de niveau 3 pourrait être autorisée en juillet.

Reste à savoir quand le niveau 5, le graal de la voiture autonome qui conduira les passagers d’un point A à un point B sera atteint ? Il faudra probablement attendre encore plusieurs années même si le patron de Tesla rêve déjà d’une flette de taxis totalement autonomes dans les villes.

Leave a Comment