“Certaines compagnies ne se relèveront pas” de la crise du Covid, selon un spécialiste

Dans l’incapacité de rembourser ses prêts, Air France est recapitalisée par l’Etat Français. Les 2,26 milliards d’euros de prêt accordés à la compagnie devraient être reconvertis en capitaux propres.

Article rédigé par

Public

Temps de lecture: 2 min.

“Ne nous leurrons pas”, la recapitalisation à hauteur de 2,26 milliards d’euros d’Air France-KLM a bien pour objectif de tourner la page du Covid-19, confirme mardi 24 mai sur franceinfo l’économiste spécialiste du transport aérien Loïc Tribot La Spière. Depuis 2020, “la perte nette cumulée d’Air France s’élève à 11 milliards d’euros”. Selon lui, il ya d’ailleurs “trop ​​de compagnies aériennes” et “certaines ne se relèveront pas” de la crise sanitaire. “C’est tout le modèle qui est à revoir.”

franceinfo : Avec cette recapitalisation, Air France-KLM a pour objectif de se remettre à flot ?

Loïc Tribot La Spière : Bien sûr, ne nous leurrons pas. Avec le Covid et les confinements, le transport aérien a connu une crise grave. Le trafic a chuté et, avant cela, les compagnies étaient déjà en situation délicate. N’oublions pas que la perte nette cumulée d’Air France s’élève à 11 milliards d’euros. Certaines de ces compagnies ne s’en relèveront pas. Il ya en a trop et il va falloir que le ciel se restructure. C’est tout le modèle de l’aérien qui est à revoir.

Le prix des billets d’avion est-il trop bas pour rembourser le coût d’une compagnie aérienne ?

Oi. La rentabilité des compagnies aériennes se faisait avant sur la vente de billets en première classe et surtout en business. Aujourd’hui, il manque les gens fortunés et surtout le milieu des affaires. Beaucoup d’entreprises préfèrent encore télétravailler et organiser des réunions en visioconférence. Le remplissage de la business n’a pas retrouvé son rythme normal. L’une des clés serait sans doute de revaloriser la première classe. Ça pourrait être à l’ordre du jour chez Air France mais il va falloir faire vite.

S’il ya une augmentation de capital, et donc des investissements, cela veut-il dire que le secteur aérien continue à être un pari d’avenir ?

C’est le cas pour certains. Ce qui est intéressant dans cette recapitalisation d’Air France-KLM, c’est la rentrée dans le capital de l’armateur CMA-CGM. Ça veut dire qu’il pourrait y avoir un développement de l’activité de fret et la constitution d’un des premiers long-fret au monde. C’est une partie de l’avenir. Ça voudrait dire qu’il y aura une intensification du fret aérien et une rationnalisation avec le monde naval.

Leave a Comment