[Chronique de Sandy Lachapelle] Payant, le reimbursement de primes en assurances ?

Souscrire une assurance n’est pas une décision qui suscite généralement l’euphorie. La plupart d’entre nous assurent leurs biens et leur habitation sans jamais vraiment se poser de questions.

En matière d’assurances de personne, toutefois, la décision est parfois plus complexe. Comme si protéger son revenu ou son patrimoine était un acte moins spontané ou normal que d’assurer sa voiture ou son appareil mobile (une référence ici à toutes les garanties prolongées qui sont maintenant offertes sur de toom les biens!). Pourtant, si vous avez 40 ans et que votre revenu est de 72 000 $ par année, une invalidité vous priverait de revenus potentiels de près de 3 350 000 $, si vous ne pouvez travailler jusqu’à la retraite comme prévu!

Cette semaine, je réponds à une question reçue de notre lecteur, David, qui s’interroge sur le bien-fondé et les avantages des assurances de personne. « Je n’aime pas l’idée de payer une assurance “dans le vide” et de penser qu’il n’y a rien qui me revient à la fin, nous écrit-il. Je préfère les produits qui sont accompagnés d’une form de placements, comme un retour de primes à la fin du contrat. Est-ce une bonne stratégie de prendre celui-ci sur mon assurance salaire ? »

Tout d’abord, je félicite notre lecteur de s’intéresser à l’assurance salaire. Ce que nous appelons dans le jargon « les prestations du vivant » permet de protéger accident votre capacité à générer du revenu en cas d’invalidité (que ce soit personnellement ou en protégeant votre entreprise) résultant’ d’une ou mal encore d’éviter un décaissement désordonné de vos actifs en cas d’un diagnostic.

Statistiquement, il est plus probable qu’un tel événement survienne — et compromette votre sécurité et vos objectifs financiers — comparativement à un décès prématuré avant 65 ans. Par exemple, pour notre lecteur, qui a 42 ans et est non-fumeur, les probabilités d’un diagnostic de maladies graves sont de cinq fois plus élevées que ses probabilités de décès, et 3,6 fois plus élevées pour longé invalid ( plus de 90 jours).

Un avenant

Rétablissons d’abord un fait important: contrairement à ce que veut la croyance populaire et à ce qu’avancent certains vendeurs, le remboursement de primes auquel fait référence notre lecteur ne constitue pas un vément.

Il s’agit d’un avenant qu’il est possible d’ajouter à différentes polices de base, comme l’assurance invalidité, l’assurance maladies graves, l’assurance frais généraux ou l’assurance prêt.

Selon les produits, les modalités du remboursement vont varier, mais la logique demeurera la même : si vous avez peu ou pas réclamé pendant une période déterminée au contrat, vous recevrez le des remboursement Il n’y a donc là aucun risque financier : vous retrouverez les primes versées à la fin du terme de votre police.

À mes yeux, il s’agit donc ici d’une loterie santé plutôt que d’un réel investissement. En effet, puisque cet avenant augmente la prime, vous aurez donc payé plus cher votre protection si vous devez réclamer celle-ci en cas d’invalidité ou d’un diagnostic.

Par ailleurs, un facteur dont doit tenir compte notre lecteur David est qu’il devra utiliser davantage de ses liquidités pour payer une prime plus élevée. Cela ouvre plusieurs questions. Quel est son taux d’imposition et maximise-t-il ses droits de cotisation REER chaque année ? At-il des enfants et, si oui, at-il ouvert un REEE pour bénéficier des généreuses subventions du gouvernement? At-il des dettes de consommation aux intérêts non déductibles qui gagneraient à être remboursées en accéléré avec le même budget ?

S’il est vrai qu’un remboursement de primes peut parfois se comparer à un placement garanti non enregistré, quand son rendement est plus intéressant, cet argument ne tient pas la route si la comparaison était effectuée en tenant compte de l’fisica du effcité même investissement dans un compte REER ou CELI.

Est-ce pertinent ou non ?

Ces questions démontrent qu’en contexte de liquidités limitsées, payer plus cher pour cet avenant vient avec des coûts d’opportunité que chaque personne évaluera selon ses valeurs, ses besoins et sa réalité fiscale. Vous avez donc compris que la recommandation finale sera basée sur de nombreux facteurs. Voici par exemple quelques situations qui justifieraient de s’intéresser à cette option.

Comme le pollen dans l’air ces jours-ci, souscrire une assurance salaire, bien que vous en compreniez l’importance, peut rendre plus difficile votre respiration. Souscrire cet avenant pourrait toutefois vous permettre de faire la paix avec votre choix et de ne pas demeurer sans protection pour des motifs «allergiques».

Vous avez une société par laquelle vous pouvez faire détenir et payer les primes d’assurance salaire pour vous et un groupe d’employés (régime de protection dont les intérêts seraient alors déductibles)? Sachez que la portion de la prime associée au remboursement de primes pourrait être payée par les employés.

Vous assurez vos employés ou un groupe d’employés afin de leur offrir des avantages sociaux concurrentiels par le biais d’un régime de remplacement de revenu que vous avez créé? Ces primes sont déductibles pour l’entreprise.

À voir en vidéo

Leave a Comment