cinq cas confirmés en France

Cinq cas confirms de variole du singe ont été recensés dans le pays, annonce ce mardi Santé publique France. Plus tôt dans la journée, la HAS a recommandé la vaccination des cas contacts.

Deux nouveaux cas de variole du singe (Monkeypox) ont été recensés et confirmés dans l’Hexagone, indique Santé publique France dans un communiqué publié ce mardi. Trois l’ont été en Ile-de-France, un en Auvergne-Rhône-Alpes et un en Occitanie, selon l’Agence nationale de santé publique.

Des cas de Monkeypox “sans lien direct avec un voyage en Afrique du Center ou de l’Ouest ou des personnes de retour de voyage ont été signalés en Europe et dans le monde, des cas suspects sont en cours d’évaluation dans de nom et la situation évolue donc très rapidement”, résume Santé publique France.

Ce mardi, la Haute autorité de santé (HAS) a expliqué recommander la vaccination des cas contacts à risque des personnes atteintes par la variole du singe.

Une maladie rare originaire d’Afrique

De plus en plus de cas de variole du singe sont recensés tout autour du globe. Toutefois, l’agence de l’Union européenne chargée des maladies a estimé ce lundi que le risque de contagion de la variole du singe est “très faible” dans la population en général mais “élevé” chez les personnes ayant plusieurs partenaires sexuels.

La variole du singe est une maladie rare originaire d’Afrique. Le virus peut être transmis par contact direct avec les lésions cutanées ou les muqueuses d’une personne malade, ainsi que par les gouttelettes. On peut égallement se contaminer au contact de l’environnement du malade (literie, vêtements, vaisselle, linge de bain).

L’infection par le virus débute par une fièvre, souvent forte et accompagnée de maux de tête, de courbatures et de fatigue. Après deux jours environ, apparaît une éruption vésiculeuse, la formation de croûtes puis la cicatris. Des démangeaisons sont fréquentes.

L’incubation de la maladie peut aller de cinq à 21 jours. La phase de fièvre dure environ un à trois jours. La maladie, généralement bénigne, guérit le plus souvent spontanément, au bout de deux à trois semaines.

Leave a Comment