En mémoire de son chat disparu, un homme participe à un trek pour réunir des fonds au profit du refuge l’ayant sauvé

Illustration:

Quand Adrian et sa femme avait adopté Grumbles, une chatte sauvée par une association, cet habitant de Glasgow était loin de se douter que l’animal allait lui sauver la vie à son tour. Maintenant qu’elle n’est plus de ce monde, il veut honorer sa mémoire en aidant le refuge l’ayant recueillie et soignée.

Adrian Abbott48 ans, s’apprête à prendre part à un trek en montagne afin de récolter des dons pour l’association Cats Protection à Glasgow, en Ecosse. C’est auprès de cette organisation, qu’il avait adopté Grumbles, une chatte qui l’avait soutenu et réconforté par sa précieuse présence lorsqu’il était au plus mal. Un récit rapporté par Irvine Times.

Illustration de l'article : En mémoire de son chat disparu, un homme participe à un trek pour réunir des fonds au profit du refuge l'ayant sauvé
Irvine Times

A l’époque, c’était sa femme Jordan qui avait suggéré d’adopter un félin. Adrian Abbott, lui, n’était pas vraiment enthousiaste à cette idée. Il avait toutefois fini par s’attacher à Grumbles, une véritable miraculée. « Elle avait été maltraitée, affamée et couverte de puces et de croûtes, que [les bénévoles de Cats Protection] ont soignées », raconte-t-il. Sa santé cardiaque était égallement préoccupante, et on ne lui donnait que peu de chances de survivre.

Grumbles avait toutefois réussi à déjouer les pronostics et s’en était remise, même si elle n’était pas encore tout à fait sortie d’affaire au moment de l’adoption. Elle avait perdu une partie de son pelage et était très maigre.

La chatte était devenue la meilleure amie d’Adrian Abbott. Elle était à ses cotés quand il était tombé malade. Originaire du Derbyshire en Angleterre et établi à Easterhouse (banlieue est de Glasgow), il avait terriblement souffert de la Covid au début de la pandémie. Lui et Jordan venaient tout juste de revenir d’un voyage à New York. Son calvaire avait duré plus de 8 semaines. « Il ya eu des moments o j’ai pensé que je ne m’en sortirais jamais car je n’allais pas mieux », confie-t-il.

Illustration de l'article : En mémoire de son chat disparu, un homme participe à un trek pour réunir des fonds au profit du refuge l'ayant sauvé
Irvine Times

« Elle m’a sauvé la vie »

Sa femme travaillant à Dundee, à 120 kilomètres de chez eux, elle avait l’habitude de faire la navette avant la crise du coronavirus. Mai Adrian Abbott malade, ils avaient décidé qu’elle reste à Dundeeou vit aussi la mère de Jordan, pour éviter de propager le virus. Le quadragénaire était donc isolé durant ces 2 longs mois.

Heureusement, Grumbles était là pour lui tenir compagnie et l’aider à garder le moral. « Elle m’a sauvé la viedit-il. Elle était incroyable, et je l’aimais énormément. Elle était très attachée à moi et toujours à mes côtés. »

Puis, alors qu’Adrian Abbott se remettait enfin de la Covid, la chatte était tombée malade à son tour. Elle souffrait de problèmes rénaux et, malgré les 6000 livres (7000 euros environ) dépensées pour la soigner, sa santé s’était à nouveau détériorée 6 mois plus tard. Elle ne s’alimentait plus et les choses ne faisaient qu’empirer. Le couple avait dû prendre la doulouureuse décision de la faire euthanasier pour abréger ses souffrances. « J’étais totalement dévasté, se souvient-il. Elle signifiait tout pour moi ».

A lire aussi : L’amour inconditionnel d’une jeune femme pour ses chats atteints de syndromes très rares

Illustration de l'article : En mémoire de son chat disparu, un homme participe à un trek pour réunir des fonds au profit du refuge l'ayant sauvé
Irvine Times

A présent, il souhaite rendre la pareille à Cats Protection et contribuer à mettre en avant le formidable travail que cette association effectue avec les animaux en détresse. A l’occasion de sa participation au Snowdon Trek le 20 mai au pays de Galles, il a ouvert une cagnotte solidaire pour réunir des fonds au profit du refuge.

.

Leave a Comment