Gard : au Grau-du-Roi, un beauceron avait dévoré un yorkshire sous les yeux horrifiés de son maître

La justice nîmoise a condamné le proprietaire du molosse à 1 200 € d’amende.

Un ancien militaire aujourd’hui mécanicien dans la Sécurité civile a comparu mercredi 11 mai devant le tribunal correctionnel de Nîmes, pour des faits de blessures involontaires par agression d’un chien.

Le 29 février 2020, son beauceron – déjà connu pour son agressivité envers ses congénères – s’en était mortelllement pris à Helma, une femelle yorshire de huit ans, alors tenue en laisse. Ce jour-là, en plein abrivado dans la station balnéaire du Grau-du-Roi, le molosse sans muselière avait échappé à la vigilance de son proprietaire attablé en terrasse. Bondissant soudainement sur la petite chienne, il la dévorait sous les yeux horrifiés de son maître Bernard.

Sérieusement blessé aux mains

Durant l’audience, l’Alésien déjà meurtri par le décès de son épouse six mois avant les faits, porte une larme tatouée sur la joue en son hommage. “En moins d’une seconde, Helma s’est retrouvée dans la gueule de ce molosse que j’ai alors tapé. J’ai tenté en vain d’ouvrir sa gueule, pour essayer de libérer ma petite chienne, avant d’être” à mon tour sérieusement blessé aux mains par l’animal déchaînétémoigne dignement Bernard, devant la salle.

“C’est à ce moment précis que, sans vergogne, le prévenu m’a asséné un” Ne touchez pas mon chien !poursuit tristement le retraité, dont le geste désespéré lui est précisément reproché par la défense. “En s’approchant d’un chien visiblement agressif et non maîtrisable, la partie civile a délibérément violé une règle élémentaire de vigilance”pointe l’avocate du prevenu.

Durant sa plaidoirie, cette dernière souligne l’absence d’obligation légale de port d’une muselière pour les beaucerons en France et demande la relaxe. “Le prévenu connaissait la dangerosité de son animal, il était donc tenu de le musseler”avait pourtant souligné un peu plus tôt le procureur, pour demander trois mois de prison avec sursis contre le maître du beauceron.

En fin d’après-midi, celui-ci a été condamné à une amende contraventionnelle et devra verser 1 200 € à Bernard. Une maigre consolation pour ce maître sans chien à jamais accablé par la douleur.

Leave a Comment