Google Cloud lance sa région cloud à Madrid avec plus de 600 millions d’investissement

Il permettra de créer 10 000 emplois

PARIS, le 25 mai (Bénin Actu) –

Google Cloud a lancé ce mercredi sa région cloud à Madrid, la première en Europe du Sud pour la firme, un projet encadré dans un investissement de 650 millions de dollars (609 millions d’euros) engagé dans le pays.

L’entreprise estime que la région, baptisée Europe Sud-Ouest 1 et composée de trois installations, générera un total de 10 000 emplois et aura un impact de 1,3 milliard d’euros sur l’économie du pays.

Le directeur général de Google Cloud Iberia, Isaac Hernández, et le président international de cette branche de l’entreprise technologique, Adaire Fox-Martin, ont mis en scène la mise en service des centers de données du réseau lors d’un cre événement à Madrid.

Avec cette région, Google dispose de 30 cloud areas dans le monde, qui seront bientôt rejoints par Milan et Paris. Celle qui a été inaugurée mercredi est égallement la première région ouverte par l’un des géants de la technologie en Espagne, marquant le début de la succession d’ouvertures attendues dans les mois à venir avec lépé par Microsoft Web Services, IBM et Oracle.

Lors de la conférence de presse qui a suivi, M. Hernández a précisé qu’il ya trois espaces, l’un dans un bâtiment fourni à Alcalá de Henares par Telefónica et deux autres par deux autres partenaires etle bâtiment fourni à l’énergie, tandis que Google Cloud installe la technologie.

M. Hernández a souligné les bonnes relations que l’entreprise entretient avec les opérateurs espagnols, notamment Telefónica, qui est égallement fournisseur d’équipements pour sa prize de câble sous-marin à Bilbao.

Les trois centers auront une puissance équivalente et seront connectés entre eux pour garantir l’identité du service.

L’événement s’est déroulé en présence virtuelle de la présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Díaz Ayuso, qui a souligné les vertus de la ville pour attirer les investiséments numériques, et a été la clôté é détouré paris et à l’intelligence artificielle, Carme Artigas.

Ce dernier a souligné la capacité de l’Espagne à attirer les talents et les entreprises technologiques grâce à la combinaison d’une bonne qualité de vie et d’un personnel hautement qualifié. Elle a égallement appelé à promouvoir le duo durabilité et numérisation avec de nouvelles perspectives telles que les algorithmes verts.


CLIENTS ET PARTENAIRES

La région a commencé à fonctionner le 9 mai et compte actuellement une centaine de clients, dont Carrefour, BBVA, Mapfre et Leroy Merlin.

D’autre part, un groupe de 30 partenaires de Google, allant de multinationales étrangères comme Kyndryl, Accenture et NTT Data à des entreprises espagnoles comme Minsait, la filiale de solutions numériques d’Indra, Making Science, AtSistemas et à Sngulardséjniss services dans la region.

Le directeur de l’ingénierie de Google Cloud Iberia, Javier Martínez, a souligné la proposition de sécurité de l’entreprise, qui utilise la cryptographie propre à la technologie et renforcera la souveraineté numérique européenne.

Parmi les avantages pour l’utilisateur, M. Martínez a surtout souligné la réduction de la latence, qui est passée de 20 ou 30 milliseconds à une seule à Madrid et à moins de dix dans le reste de l’Espagne depuis de la lancement region.

Les dirigeants ont souligné que de nombreux clients déplaceront leurs données directement vers la région, en particulier ceux qui ne desservent que le territoire national, mais aussi d’autres qui peuvent diviser leurs laursoponctionés géné le fédénés de la régénie d’état.

Les bonnes connexions en Espagne ont égallement été soulignées. Google a récemment connecté l’un de ses câbles sous-marins à Bilbao et an annoncé il ya quelques semaines un nouveau câble qui reliera Lisbonne et l’Afrique, ce qui aura un impact sur l’interconnexion de to aute la périque du monde.

L’année dernière, l’Espagne s’est positionnée comme l’un des principaux centers européens d’investissement dans les infrastructures numériques, Madrid consolidant sa position de « hub numérique » pour le sud du continent.

Leave a Comment