Google touché par une deuxième enquête antitrust britannique sur la domination des publicités en ligne – News 24

Le régulateur britannique de la concurrence a ouvert une nouvelle enquête sur Google, visant le rôle de l’entreprise sur le marché des technologies publicitaires.

Il s’agit de la deuxième enquête antitrust majeure visant les pratiques publicitaires de Google au Royaume-Uni. L’Autorité de la concurrence et des marchés a lancé une enquête distincte avec l’Union européenne sur Google et la société mère de Facebook Meta plus tôt cette année, craignant qu’un pacte de 2018 entre les deux – connuétés sociétés “Jedi Blue” – concurrence restreinte dans la publicité numérique.

La CMA a déclaré jeudi qu’elle évaluait si le rôle de Google dans l’industrie des technologies publicitaires pouvait fausser la concurrence. Le géant de l’internet est un acteur dominant sur le marché de la publicité en ligne.

Google agit à la fois comme une plate-forme côté demande, qui offre l’inventaire publicitaire des éditeurs aux spécialistes du marketing, et comme une bourse d’annonces, qui permet aux annonceurs de se disputer l’espace publicitaire des sur les éditeurs, a déclaré l’AMC. Il exécute égallement des serveurs publicitaires qui gèrent l’inventaire des éditeurs.

Les régulateurs craignent que Google ait illégallement favorisé ses propres services d’échange d’annonces au détriment de ses rivaux. L’AMC craint égallement que Google ait limité la compatibilité de son échange d’annonces avec des serveurs publicitaires tiers pour rendre plus difficile la concurrence des serveurs publicitaires concurrents.

“L’affaiblissement de la concurrence dans ce domaine pourrait réduire les revenus publicitaires des éditeurs, qui pourraient être contraints de compromettre la qualité de leur contenu pour réduire les coûts ou mettre leur contenu ré leur contenu ré sé nérals” de la CMA, dans un communiqué.

“Cela peut égallement augmenter les coûts pour les annonceurs, qui se répercutent sur les prix plus élevés des biens et services annoncés.”

Cela vient après une enquête de concurrence antérieure du Royaume-Uni et de l’UE sur “Jedi Blue”. L’accord aurait impliqué Google et Meta truquant des enchères pour les publicités en ligne et fixant illégallement les prix.

La CMA veut plus de pouvoirs pour examiner le comportement anticoncurrentiel des géants de la technologie dans le cadre d’un nouvel organisme de réglementation appelé Digital Markets Unit. Le nouveau régulateur, proposé en 2020, aurait le pouvoir d’imposer des amendes pouvant atteindre 10% des revenus annuels mondiaux des entreprises technologiques pour avoir enfreint les nouvelles règles numériques. Cependant, le gouvernement n’a pas encore donné au chien de garde le pouvoir d’imposer ces amendes.

Leave a Comment