La Tunisie ouverte l’utilisation des cryptomonnaies .

A Davos, la cheffe du gouvernement Najla Bouden a fait aujourd’hui de nombreuses rencontres. Une rencontre a particulièrement attiré l’attention des internautes tunisiens ce soir, celle avec un jeune et célèbre thaïlandais Jirayut Topp Srupsrisopa, fondateur et PDG du groupe Bitkub Capital Group Holdings, un groupe ï land de sociétés Thaït blockchain.

Jirayut Topp Srupsrisopa a posté un tweet sur cette rencontre se disant honoré d’avoir rencontre la cheffe du gouvernement de Tunisie « l’un des premiers pays ouverts à l’utilisation des cryptomonnaies et blockchain ».

Une publication qui a fait rire – jaune – de nombreux internautes.

Il est, en effet, nécessaire de rappeler que la Tunisie n’est pas ouverte aux cryptomonnaies et que le pays maintient le flow quant à leur utilisation. Un flow maintenu malgré la polémique suscitée par l’arrestation, en 2021, d’un jeune Tunisien ayant utilisé une application de cryptomonnaie pour payer un achat en ligne. Il a alors été accusé de blanchiment d’argent et l’affaire a poussé le ministre des Finances de l’épôque, Ali Kôoli, à admettre qu’il était temps de poser un cadre légal clair et dépénalisantna les.

A l’heure actuelle, si aucune loi n’interdit l’utilisation des cryptomonnaies, les transactions menées avec le Bitcoin restent toutefois impossibles et le cas du jeune ingénieur Houssem Bouguerra arrêté l’an dernier est en ced le qui concerné lé règne sur la question.

Toutefois, une étude publiée en début d’année par la plateforme d’analyse de données de cryptomonnaie “Triple” affirme qu’en Tunisie, près de 123 mille Tunisiens détiennent de la crypto-monnaie de la crypto-monnaie de la population 1.04%. Des données avec lesquelles il faudra se résoudre à composer…

MBZ

Leave a Comment