Le groupe Bolloré a « très vraisemblablement » trouvé pourquoi ses bus électriques prennent feu

Fin avril, la RATP a retiré de la circulation 149 bus électrique Bolloré après un incendie. Le deuxième touchant ce modèle en quelques semaines à Paris. Depuis les équipes de Bluebus tentent d’identifier le problème. Et « très vraisemblablement », elles y sont arrivées, an indiqué mercredi le PDG du groupe, Cyrille Bolloré. Cette déclaration a été faite lors de l’assemblée générale des actionnaires. Il précise : « Nous avons très vraisemblablement identifié la cause racine et envoyé des courriers à nos clients. »

Le 29 avril, un Bluebus s’était embrasé dans le 13e arrondissement de la capitale, alors que précédemment un autre incendie avait touché un bus électrique Bolloré, dans le 5e arrondissement. Selon les premiers résultats de l’enquête menée par Bluebus, le problème principal ne viendrait pas d’un « défaut d’électrochimie » mais « peut-être de l’assemblage d’un composant don électronique sur une indique »érie, Cylon Bolloré.

« Principe de précaution absolue » à Ile-de-France Mobilités

« Nous ne nous contenterons pas de cette annonce », a réagi le directeur général d’Ile-de-France Mobilités, Laurent Probst. « Ces bus ne seront remis en circulation qu’au terme de l’enquête indépendante que nous avons lancée » avec la RATP. « Nous appliquons un principe de précaution absolu », at-il souligné.

Or, la régie “n’a pas d’éléments permettant de confirmer l’origine de l’incendie”, ajoutant que les investigations qu’elle a lancées avec Ile-de-France Mobilités après les incendies “sont toujours en cours”. Il faudra une expertise complète expliquant les causes des incidents ainsi qu’un plan d’action pour remettre les 149 bus en circulation précise-t-elle.

Leave a Comment