l’énorme coup de gueule d’Anthony Lopes

Malgré le fait d’avoir terminé son exercice 2021-22 par une victoire à Clermont (2-1), l’Olympique Lyonnais sort d’une saison plus que difficile. Entre le fiasco en Coupe de France contre le Paris FC, le départ de Juninho cet hiver et des résultats plus que décevants en Championnat, l’OL a vécu des mois catastrophiques. Anthony Lopes, sûrement l’une des seules satisfactions de la saison, est revenu sur cet échec en expliquant n’avoir toujours pas digéré cette huitième place de Ligue 1 et la non-participation à une Coupe d’Europe.

La suite après cette publicité

«Honte est un mot très fort, mais c’est ça, quand même. C’est impardonnable. En étant l’OL, avec les joueurs qu’on a dans notre effectif, on ne peut pas finir huitièmes. Cette saison a été catastrophique pour tout le monde, sur tous les plans. Je me dis juste qu’il valait mieux que tout arrive en même temps. Au début, on nous reprochait de mal finir les matches, après, de faire une mi-temps sur deux… On s’est réunis, parfois, pour dire qu’on ne pouvait pas accepter ça, mais il faut joindre les actes aux paroles et ça, ça a été plus compliqué»at-il d’abord expliqué dans les colonnes de L’Equipe.

Le départ de Juninho a affecté le groupe

Le gardien lyonnais est notamment revenu sur les problèmes défensifs, qui ont beaucoup causé de soucis à l’OL. «On a pris beaucoup de buts, on n’a jamais réussi à entrer dans nos objectifs. À des moments clés de la saison, on s’est souvent cassé la gueule, voire tout le temps. Quand on laisse passer autant d’occasions, on n’a que ce qu’on mériteajoute Lopes. Au début, on nous reprochait de mal finir les matches, après, de faire une mi-temps sur deux… On s’est réunis, parfois, pour dire qu’on ne pouvait pas accepter ça, mais il faut joindre les actes aux paroles et ça, ça a été plus compliqué».

Enfin, l’international portugais est revenu sur un autre élément marquant de la saison: le départ de Juninho, qui a encore plus enfoncé le club selon lui. «Juninho a pris la decision de partir à un moment difficile de la saison (début décembre), et que cela a pu mettre un coup au moral de certains joueurs, comme Lucas (Paqueta) ou Bruno (Guimarães, vendu en janvier à Newcastle) , tous ceux qui étaient proches de lui. Si l’on s’est senti lâchés ? Je ne sais pas si c’est le mot. C’était une décision personnelle, et nous, on ne maîtrise pas tout». Une saison à oublier pour l’OL, qui espère s’en servir de leçon pour mieux repartir de l’avant en août prochain.

Leave a Comment