Les comparateurs de prix en ligne dans le collimateur des banques et des compagnies d’assurance

Comparer les tarifs, les prix, les taux… Avant de souscrire une assurance auto, habitation, ou un crédit immobilier, c’est quasiment devenu un réflexe pour nombre d’entre nous: utiliser les comparateurs de prix en Meilleurt, comme auxme .com, Assurland, Le Lynx, ou encore Les Furets, qui permettent en quelques clics de disposer de plusieurs propositions. Problème : à l’image des comparateurs de vols lorsque l’on cherche un billet d’avion, le service n’est pas gratuit. Les sites prélèvent une commission sur les contrats, rappelle Le Parisien le dimanche 22 mai, car ce ne sont ni des associations ni des ONG. Ce sont des sociétés privées qui sont ici pour gagner de l’argent, souligne Franck Attia de l’UFC-Que Choisir, interrogé par le quotidien.

Pour les assurances, un client passé par un comparateur de prix en ligne représente un manque à gagner important, en comparaison d’un client qui souscrira directement un contrat auprès de l’assurance. Pour un contrat auto, l’assureur doit par exemple débourser une centaine d’euros par client apporté par un site, alors qu’il ne rapportera à la société que 20 euros par an, témoigne cet assureur cité par Le Parisien. Résultat : des assurances auraient tendance à augmenter leurs tarifs pour les clients qui ne passent pas un comparateur.

Des résultats biaisés pour certain banques

Pour les banques, dont certaines font le choix de ne pas apparaître sur ces comparateurs, les résultats sont biaisés et les sites manquent de transparence. “Le jour où nous aurons la preuve que ce n’est pas la banque qui paye le plus cher qui figure dans les meilleurs résultats, peut-être que nous irons”, tacle Xavier Prin, directeur marketing de Boursorama, dont les proposs sont rapport par le quotidien. Des insinuations réfutées par les comparateurs, qui expliquent appliquer la même commission pour tout le monde.

L’UFC-Que Choisir préfère quant à elle attirer l’attention sur la façon dont les résultats du comparateur sont présentés, les assurances étant classées en fonction du prix. Or, selon les garanties demandées ou de la franchise, les tarifs sont plus ou moins élevés. Mais avec l’inflation galopante et l’augmentation des prix dans de nombreux secteurs, les consommateurs doivent pouvoir comparer, plaident les comparateurs d’assurance.

Exactement comme pour les billets d’avion, le mieux est de vérifier sur le site de chaque assureur les tarifs proposés. Ainsi, “vous êtes sûrs d’obtenir les vrais prix avec la bonne offre. Et c’est gratuit !”, conseille François Nédey, membre du comité exécutif d’Allianz France chargé des assurances de biens et de Le responsabilité Paris, . Mais pour les comparateurs de prix, “il est normal que l’on soit rémunérés”, explique Maël Bernier, porte-parole de Meilleurtaux.com, à nos confrères, puisqu’ils apportent aux assurances ou aux banques des affaires et des gén flux enormes”.

Leave a Comment