Logement: 60 millions de consommateurs pointe “de trop nombreuses erreurs” dans les diagnostics de performance énergétiques

l’essentiel
Le magazine 60 Millions de consommateurs pointe les “erreurs en pagaille” des diagnostics de performance énergétique, obligatoires pour toute vente ou location d’un logement.

60 millions de consommateurs tire la sonnette d’alarme. Dans une étude comparative sur le nouveau diagnostic de performance énergétique (DPE), le magazine dress le constat d’un nombre encore trop important d'”erreurs” et critique la “fiabilité” du système de diagnostic.

Pour rappel, le DPE, obligatoire pour toute vente ou location d’un logement, est un diagnostic réalisé en France sur des biens immobiliers. C’est l’un des documents faisant partie du dossier de diagnostics techniques. Depuis sa réforme le 1er juillet 2021, la durée de validité d’un DPE est de dix ans. Ce diagnostic se veut coercitif : à compter de fin août 2022, “les loyers des logements classés F ou G, autrement dit ceux considérés comme des ‘passoires thermiques’, ne pourront plus être augmentés”, log note le magazine, qui précises “ne pourront pas non plus être vendus sans audit énergétique à partir du 1er septembre 2022.”

Et ce n’est pas fini : à partir de 2025, les logements classés G ne pourront plus, en principe, être loués. Il en va de même pour ceux classés F, cette fois-ci à partir de 2028. On comprend donc l’enjeu autour de cette notation énergétique.

“Portes ou fenêtres oubliées…”

À l’aide d’un comparateur, 60 Millions de consommateurs pointe les trop grandes différences de diagnostics pour une seule et même maison. “Pour une même maison, les cinq diagnostiqueurs n’aboutissent pas au même résultat ! Il ya toujours au moins deux lettres différentes, et parfois trois pour les étites énergie A quità vont” Gué quità vont journalist. Le magazine pointe les erreurs récurrentes des diagnostiqueurs : “erreur de superficie, portes ou fenêtres oubliées, isolation mal prize en compte, chauffage et production d’eau chaude mal évalués…”

Depuis la réforme en 2021, le diagnostic énergétique est pourtant “opposable”, ce qui signifie qu’il est utilisable lors d’un recours en justice. Auparavant, il n’avait qu’une valeur informative. Désormais, si un acheteur ou un locataire considère que le logement qu’il occupe a été trop bien classé, il est en capacité de se retourner contre son proprietaire pour obtenir réparation. À son tour, “le proprietaire pourra se retourner contre le diagnostiqueur”, explique 60 Millions de consommateurs.

Selon le dernier Observatoire du moral immobilier réalisé par OpinionWay pour SeLoger, seuls 30% des vendeurs connaissent le DPE de leur logement. Pourtant, 81% des acheteurs affirment y porter une attention particulière avant de programmer une visite.

Leave a Comment