Lot : le refuge canin lotois est saturé, les chiens de chasse ont du mal à se faire adopter

l’essentiel
Au refuge canin lotois, au Montat, les places sont chères. Les chiens de chasse saturent les boxes. Victimes de préjugés, ils ne séduisent pas les adoptants.

Au refuge canin lotois, les places sont rares. D’une part, les chiens adoptés lors du confinement sont maintenant laissés de côté avec leurs maîtres qui reprennent le travail et n’ont plus le temps de s’occuper d’eux. De l’autre, l’adoption compliquée des chiens de chasse.

“Il faut pucer les chiens”

En février, un groupe de 5 chiens de chasse a débarqué au refuge. “On suppose qu’ils se sont perdus. Personne ne les réclame”, explique Virginia Paschall, présidente de l’association, et impossible de retrouver leurs maîtres. En cause : aucun d’eux n’est pucé. Pourtant, il est obligatoire d’identifier son animal de compagnie. Pour les chiens, cela doit être fait avant l’age de 4 mois. “Il faut absolument les pucer. Il n’y aucun contrôle là-dessus. Au Pays-Bas, les chasseurs doivent payer un permis pour avoir un chien de chasse”, explique la présidente. En France, la loi va changer dès 2024-2025 pour se durcir légèrement, et introduire un permis onéreux de détention de chien de chasse. “Si cela est acté, on va avoir une vague d’abandons de ces animaux de travail, c’est certain”, confie, inquiète, une bénévole du refuge, déjà saturé et où la liste d’attente pour abandons déborde.

Ces chiens de chasse vont bientôt être adoptés.

Ces chiens de chasse vont bientôt être adoptés.
DDM Aouregan Texier

Pas assez bons, trop peureux ou trop vieux

S’il arrive que les chiens de chasse se perdent ou prennent la fuite, ils sont avant tout victimes d’abandons. Avant, ils étaient livrés à eux-mêmes en début de saison, s’ils n’étaient pas assez bons ou trop peureux. En effet, ce sont des races qui peuvent, parfois, être effrayées par les coups de fusils. En fin de saison, quand le chien se fait trop vieux pour chasser, il peut se faire abandonner. Mais cela est plus rare au refuge lotois. “En ce moment, le chien de chasse le plus vieux a seulement 7 ans. Le plus jeune 2 ans”, indique tristement Virginia Paschall.

La présidente de l’association constate qu’il n’y a plus de période o l’abandon des chiens de chasse est accru. Aujourd’hui, ils arrivent toute l’année.

À bats les préjugés

Et leur date de sortie, elle, est inconnue. Zeus, abandonné en novembre 2020, n’a toujours pas trouvé sa nouvelle famille. “Il a de l’arthrose, cela commence à être urgent de le faire adopter”, regrette Virgina Paschall.

Zeus, un grand chien de chasse, est au refuge depuis novembre 2020

Zeus, un grand chien de chasse, est au refuge depuis novembre 2020
DDM Aouregan Texier

Les chiens de chasse sont victimes de préjugés : fugueurs, ils tirent en laisse, ne sont pas aimables. “Or ce sont juste des chiens très timides et craintifs. Souvent, ils n’ont pas vécu en maison. Mais quand ils découvrent le plaisir du canapé, ils l’adoptent!”, plaisante la présidente du asylum.

Sur cinq des chiens arrivés en février, quatre sont adoptés. Martin part dans deux semaines en Italie. Pour d’autres, c’est direction les Pays-Bas. Des benévoles néerlandaises du refuge postent les chiens à l’adoption et les traduisent en Anglais. “L’adoption à l’étranger, c’est plus compliqué, mais si cela permet de donner une famille aux chiens, c’est le plus important”, optimise Virginia Paschall. Pour qu’un chien puisse partir, il faut un délai de trois semaines, mais surtout le r et lui fournir un passeport vaccine.

Leave a Comment