Moteurs Renault défectueux : plus d’un millier de plaignants menacent la marque d’une “guérilla procédurale” s’ils ne sont pas indemnisés

l’essentiel
Représentés par l’avocat toulousain Christophe Lèguevaques, plus de 1,000 automobilistes victimes de pannes moteur majeures ont mis en demeure Renault pour négocier des indemnisations, sans quoi ils promettent “l’obtention de condamnations à p condamnations civiles une” et

“Motorgate”. C’est sous ce nom de code que se sont regroupés plus d’un millier d’automobilistes pour mener une action collective contre Renault initiée par l’avocat toulousain, Me Christophe Lèguevaques, comme le relaie le communiqué de la plateforme spécialisée publié MyLeé mardi 24 mai. En janvier dernier, notre dossier consacré à ces inquiétants problèmes de moteurs détaillait comment de très nombreux détenteurs de véhicules de la marque au losange affirmaient avoir été victimes de ces brutal panneses. Tous étaient utilisateurs de modèles Renault (Clio, Captur, Kadjar, Kangoo, Megane, Scenic), Dacia (Duster, Dokker ou Lodgy) et Nissan (Pulsar, Juke et Qashqai), équipés d’un moteur essence 1,2 l TCe, et fabriqués entre 2012 et 2016.

A lire aussi :
Ils veulent attaquer Renault : “En tombant de 110 à 30 km/h subitement, on est passé près de l’accident”

Me Lèguevaques affirme qu’un “défaut de conception” qui “provoque une surconsommation d’huile entraînant d’importants dégâts sur les chambres de combustion”, est à l’origine de ces défaillances. Et que Renault “était au courant mais n’a jamais procédé à un rappel de ses véhicules dangereux”, ce qui constitue selon l’avocat “une mise en danger de la vie d’autrui”.

Contradictions

Aujourd’hui 1113 automobilistes se disent donc prêts à porter le fer sur le terrain judiciaire. Une mise en demeure effectuée au nom de ces utilisateurs a été communiquée à Renault: elle propose to la marque une negociation pour indemniser “rapidement” les proprieties et anciens proprieties des véhicules concerns. Sans quoi, une “guérilla procédurale” sera mise en œuvre par les porteurs de l’action collective, “qui mettra en avant les contradictions entre vos paroles et vos actes et contribuera à l’obtention de condamnations civiles et pénales”. D’après le courrier, le groupe automobile français a jusqu’au 5 juin pour répondre à cette injonction.

Lettre à Renault – Affaire Motorgate by deskwebDDM on Scribd

Interrogé par nos confrères du Parisien, Renault confirme avoir reçu ce courrier et promet une réponse dans les jours qui viennent. Le constructeur assure par ailleurs que “93% des cas clients identifiés dans ce dossier ont déjà fait l’objet d’une price en charge partielle ou totalal”.

Leave a Comment