Où en est l’investissement dans les cryptomonnaies au Maroc ?

En 2021le Maroc a été classé 24e utilisateur mondial de cybermonnaied’après le Global Cryptocurrency Adoption Index réalisé par Chainalysisune plateforme fournissant de la data en relation avec la blockchainle moteur technologique de la cryptomonnaie.

Selon une étude réalisée en 2021 par la société de paiements cryptographiques Triple Ale Royaume an enregistré un volume d’échanges de bitcoins (l’une des cryptomonnaies les plus courantes) chiffré à six de dollars – le plus élevé d’Africa du Nord. Il s’est ainsi placé en 4e position le continent africain, le derrière Nigerial’Africa du Sud et le Kenya.

La dernière mise à jour, fournie par Coin.danceun portail spécialisé dans les statistiques de bitcoin, date du 14 May 2022. Elle montre que le volume hebdomadaire d’échanges de bitcoins s’est élevé à 1.143.660 DH.

Selon Badr Bellaj, directeur des nouvelles technologies chez Chainune entreprise développant la technologie blockchain au Maroc et en Afrique, la véritable estimation de ces échanges serait le double, si ce n’est le tripledu montant precité.

Sur 10.000 individus, 21% seraient détenteurs de cryptomonnaies

Sur un échantillon de 10,000 personnes, 21% seraient détentrices de cryptomonnaies, d’après une récente enquête réalisée par Mchain et dont les résultats ont été révélés en primeur à Médias24 ; cet échantillon étant représentatif de la population marocaine âgée de 18 ans et plus.

L’enquête indique par ailleurs que 63,36% des personnes sondées connaissant les cryptomonnaies, dont 8.32% auraient au moins entendu parler de l’argent numérique.

Source : Mchain

Sur les 21% détenteurs de cryptomonnaies, 57,35% on déclaré avoir investi moins de 10,000 DH dans ces crypto-actifs ; 32,64% ont realisé des investissements variant entre 10,000 et 100,000 DHtandis que 5.8% on investi entre 100,000 et 500,000 DH. Les investissements de plus de 500.000 DH représentent 4.2%indique encore l’enquête réalisée par Mchain.

Source : Mchain

Les investisseurs sont en majorité des jeunes

Dans le détail, ce sont les particuliers qui investissent dans l’argent numeriquetandis que les entreprises marocaines privilégient l’investissement dans la technologie supportant ces crypto-actifs (blockchain), nous explique Badr Bellaj.

Au Maroc, les investisseurs dans les cryptomonnaies sont majoritairement des jeunes âgés en moyenne entre 20 et 30 ans, poursuit notre interlocuteur. Il s’agit généralement de pratequants du e-commerce ou du trading qui optent pour la cryptomonnaie car elle permet un mode de paiement facile et accessible to us.

En effet, l’argent numérique fonctionne de manière décentralisée. Autrement dit, sans aucune autorité pour l’émettre, le réguler ou le contrôler – à travers le régulateur –, ni intermédiaires assurant ses transactions – les banks. En optant pour la cryptomonnaie, ses utilisateurs évitent ainsi le processus classique des transactionsjugé très long and contraignantprecise Badr Bellaj.

Des investissements pas toujours aisés

Il faut dire aussi que les transactions en monnaie virtuelle continuent de remporter un grand succès malgré leur interdiction formelle au Maroc. La réticence des institutions financières marocaines n’a effectivement pas empêché la prolifération de ces investissements dans le Royaumeconstate Badr Bellaj.

« On pourrait même parler d’un effet boomerang. Or, depuis la mise en garde formulee en 2017 par Bank Al-Maghrib et l’Autorite marocaine du marché des capitaux sur les risques associés à l’utilisation des monnaies virtuelles, l’investissement dans ces dernières ne cesse d’exploser », relève-t-il. Des investisseurs auraient même quitté le Maroc et se seraient installés dans des pays où ces monnaies sont reconnues légallement afin d’y poursuivre leurs investissements, ajoute notre interlocuteur.

Les jeunes investisseurs ne semblent pas non plus contrariés par la volatilité de la cryptomonnaie. Pour notre expert, non seulement cette catégorie de personnes a conscience des question liés à de tels investissements – qui comprennent notamment une absence de protection du consommateur et une faible convertible –, mais c’est justement cette volatilité qui les pousse à investir en premier lieu. Or, pour la grande majorité d’entre eux, la baisse de la valeur des actifs représente une occasion d’investir, dans l’espoir d’une remontée des cours.

La mode des NFT

De plus en plus de Marocains choisissent d’investir dans les NFT (Non fungible token ; en français : jeton non fongible), observe Badr Bellaj. Le NFT est un identifiant numérique unique et inviolable qui permet d’authentifier un fichier numérique (image, photo, video, etc.). Un NFT peut revêtir d’infinies forms telles qu’une œuvre d’artun single ou encore un simple meme.

Pour notre expert, l’investissement dans les NFT, au Maroc comme ailleurs, ne représente qu’une mode passagere qui, selon lui, finira par disparaître dans les années à venir.

« Investir dans les NFT s’avère égallement risque par rapport à l’investissement dans la cryptomonnaie qui, contrairement à ces derniers, ne peut en aucun cas être dupliquée », poursuit Badr Bellaj.

Autre écueil : dans la pratique, les plateformes de NFT vérifient rare si les émetteurs de jetons renvoyant à une œuvre sous-jacente en possèdent la proprieté intellectuelle, en tant qu’auteurs ou licenciés. De nombreuses violations du droit d’auteur peuvent alors résulter de cette absence de contrôle, conclut Badr Bellaj.

Leave a Comment