Pour fêter ses 15 ans, Google Street View rend l’impossible possible

Quinze ans et 400 fois le tour de la Terre plus tard, Google Street view promet encore de belles années d’innovation. En plus de l’utilisation plus prononcée de l’intelligence artificielle et de la réalité augmentée, l’outil du géant américain s’ouvre vers de nouveaux lieux à découvrir. Car depuis quinze ans, Google Street View a permis de capturer plus 100 pays et compte bien continuer le chemin parcouru en allant au-delà de ces 220 milliards d’images accessible par tout le monde.

Si nous connaissons tous la célèbre « Google street car » qui vadrouille de ville en ville, se pose désormais la question de l’accessibilité dans les lieux qui ne le sont pas. En réalité, depuis des années, Google Street View souhaite rendre la capture la plus mobile possible pour accéder aux zones périlleuses et parfois dangereuses. Une caméra posée sur un dos de chameau dans le désert ou sur une motoneige au milieu de la banquise de l’Arctique, autant d’options inventées par Google pour créer le plus de cartes immersives.

En 2023, Google Street View mettra même au monde son nouveau bijou, un petit robot, aux faux airs de Wall-E, qui aidera à réaliser des prises de vues embarquées sur n’importe quel véhicule. Une prouesse car « toute la charge, la résolution et la puissance de calcul, jusqu’alors intégrées à une voiture, seront désormais disponibles dans une seule caméra de moins de 7 kg, ultra-transportable et soulinalisable de Google’é », .

Des captures stratosphériques

Grâce à ces nouveaux outils, Google Street View compte bien voyager un peu plus loin… aussi loin que dans la Station spatiale internationale (ISS) par exemple, comme en 2017. Lors de l’expédition de l’astronaute français Thomas Pesquet, Google Street View a permis aux internautes de découvrir l’univers de la capsule avec une vue à 360° à l’intérieur de la station.

Mais si vous préférez garder les pieds sur terre, Google Street View permet aussi de découvrir de nombreux lieux appréciés des touristes et parfois très secrets. Troisième site le plus visité au monde sur Google Street View, derrière le Burj Khalifa de Dubaï et la Tour Eiffel, le Taj Mahal regorge d’endroits inaccessibles. Et alors que Google Street View n’avait même pas encore été lancé en Inde, les internautes ont pu rendre possible l’exploration de cette collection inédite à la fois intérieure et extérieure.

« Un lieu aux milles visits »

Derrière cette richesse d’images, Google vante une ambition d’ouverture à la culture. Depuis une dizaine d’années, l’équipe de Google arts and culture a ouvert les portes de plus de 2.000 institutions culturelles à travers le monde, afin de « nourrir l’appétit de l’internaute en ligne », souligne son responsable des partenariats Pierre Caessa.

Dernier en date, le musée de l’Armée et de l’Hôtel national des Invalides veut désormais s’ouvrir aux internautes en leur laissant découvrir ses promenades les plus secrètes. « Un lieu aux milles visits », avance Cécile Chassagne, cheffe mission numérique et innovation du musée de l’Armée et de l’Hôtel national des Invalides. Depuis ce mardi, les plus curieux peuvent explorer le Dôme des Invalides, se rapprocher au plus près de la crypte du tombeau de Napoléon 1er ou encore grimper jusqu’au Lanternon qui révèle une vue panoramique sur Paris. « Il ya un côté spectaculaire des lieux, mais aussi un côté caché. Que ça soit dans les combles de la cathédrale ou au niveau des fresques, quand on arrive dans ces endroits-là pour la première fois, c’est bluffant et on avait envie de le partager à tous », confie Cécile. Chass

La vue depuis le lanternon
La vue depuis le lanternon – Google Street View

Unil collaboratif et évolutif

Pour accéder à ces endroits exigus, l’équipe parisienne de Google Street View a utilisé cette fois un trépied, pouvant aider à capturer cette fameuse image à 360 degrés. Au-delà de son large panorama, le trépied est aussi une arme redoutable. « Il y avait quand même 107 mètres d’escaliers et c’était minuscule », raconte Pierre Caessa, preuves à l’appui avec une vidéo d’escalier plus qu’exigu. Plus exceptionnel encore, la prize de vue permet même la perception par l’internaute de minuscules détails comme des inscriptions laissées par le peintre Charles de La Fosse au XVIIIe siècle.

Les inscriptions laissées par le peintre
Les inscriptions laissées par le peintre – Google Street View

Un partenariat qui risque de durer dans le temps, assurent les deux partis, qui soulignent la richesse de cet outil collaboratif où les internautes peuvent aussi capturer leurs propres paysages. « C’est tellement évolutif », se réjouit Pierre Caessa, assurant que de belles surprises sont encore à venir.

Paris parmi les lieux les plus visités sur Google street view

Pour la première fois, Google street view a dévoilé le top 10 des villes les plus visitées dans le monde. Sur le podium, on y retrouve Jakarta, Tokyo et Mexico City. Suivent ensuite São Polo, Buenos Aires, New York, Istanbul, Taipei, Paris et Osaka.

Alors que la France figure égallement comme un des pays les plus visités sur le site, certains monuments attirent bien plus l’attention, comme la Tour Eiffel (1re), le musée du Louvre (3e) ou encore Disneyland Paris (5e). Plus surprenant, le Serpent d’Océan, œuvre monumentale plongée dans les eaux de Saint-Brévin-les-Pins (Loire-Atlantique) se place à la deuxième place des lieux français les plus consultés.

Leave a Comment