Quand l’humain va trop loin dans l’exploitation du monde sauvage, apparaissent des zoonoses comme la variole du singe ou le covid

Un 4e cas de variole du singe a été identifié chez nous. Cette maladie est une zoonose, une maladie transmise par les animaux. C’était le cas également du Covid. Un phénomène de plus en plus fréquent.

Au cœur des forêts, les chauves-souris sont bien connues pour être de véritables réservoirs de virus, qui peut-être, un jour, causeront des maladies chez l’être humain. Mais bien d’autres animaux peuvent nous transmettre des zoonoses, les singes comme les vaches,
Les rongeurs comme les tiques… Ces zoonoses nous arrivent via leurs virus, leurs parasites, leurs champignons ou leurs bactéries.

Depuis l’épisode H5N1, chez nous, virologues et ornithologues travaillent ensemble et constatent depuis 2 ans plus de germes hautement pathogènes chez les oiseaux sauvages. Pourtant, le problème est ailleurs.

Le risque augmente avec l’agrandissement et la multiplication des élevages industriels qui sont des réacteurs à épidémiesexplique Didier Vangeluwe, ornithologue au Museum des sciences naturelles. Concentrer des dizaines de milliers d’oiseaux d’élevage avec un système immunitaire qui n’est jamais aussi performant que celui des oiseaux sauvages, représente un danger d’émergence de nouvelles maladies.

C’est aussi une question de contexte humain.

Beaucoup d’études suggèrent que le changement climatique et la déforestation modifient des écosystèmes animaux, explique Emmanuel André, microbiologiste à la KULeuven. Les connexions plus importantes entre le monde animal sauvage et la population humaine qui croît sans cesse… Ces conditions sont favorables à l’émergence de zoonoses.”

Coronavirus, grippes ou autres varioles – les scientifiques s’attendent à une augmentation du risque d’épidémies de ces maladies liées aux animaux.

Leave a Comment