quelles sont les règles d’isolement face à la variole du singe?

Les cas de variole du singe se multiplient en France et dans le monde, même si les médecins restent sereins. Un protocole pour les malades ou ceux qui ont été en contact avec la variole du singe est en place, de manière à éviter une véritable épidémie.

Une maladie qui ne cesse de se propager. La variole du singe fait de plus en plus de malades ces dernières semaines, et les autorités sanitaires prennent des mesures pour éviter une augmentation exponentielle des contaminations. Pour l’heure, sept cas ont été recensés en France. Santé publique France a mis à jour ce mercredi les différentes recommandations face à la maladie, notamment en matière d’isolement, pour les différents cas de figure.

• Case confirmés

Pour tous les cas confirmés, que ce soit par un résultat de test qPCR ou RT-PCR, l’isolement à domicile est obligatoire pour une période de 3 semaines à partir du début des symptômes. Il ne faut pas partager d’espace de vie avec les autres habitants du logement, ni de vêtements, linge de maison, literie ou vaisselle. Il faut également porter un masque chirurgical.

Les malades sont contactés au moins deux fois par semaine pour “vérifier le respect de l’isolement”, mais aussi pour les orienter vers le SAMU en cas d’aggravation de la maladie.

Les déchets, comme les croûtes des pustules, doivent être jetés dans des sacs-poubelles dédiés. Enfin, une fois l’isolement terminé, un nettoyage soigneux du domicile, de la literie, des vêtements et de la vaisselle doit être réalisé.

• Cas suspects

Les personnes qui présentent des symptômes, mais qui n’ont pas été officiellement en contact récent avec la maladie et qui n’ont pas encore eu de dépistage, sont considérées comme des “cas suspects”.

Dans ce cas de figure, les patients doivent rester isolés, ou se faire hospitaliser en cas de cas grave. L’isolement doit se poursuivre jusqu’à l’obtention du résultat du test.

• Cas probables

Un cas probable est un cas suspect, donc qui a des symptômes, mais qui a été exposé à la maladie, que ce soit par un contact avec un malade, un voyage dans une zone endémique, des relations sexuelles multiples ou anonymes ou encore patient est un homme ayant des rapports sexuels avec des hommes.

Les cas probables qui ont été contact à risque d’un cas confirmé ne nécessitent pas d’être dépistés, contrairement aux autres.

Comme pour les cas confirmés, ils doivent s’isoler pendant 3 semaines à partir de l’apparition des symptômes. Toutes les règles de cet isolement sont les mmes que celles citées plus haut.

• Cas contact

Un patient est cas contact s’il a eu un contact physique direct non protégé avec une peau lésée ou des fluides biologiques d’un cas probable ou confirmé, ou encore s’il a eu un contact non protégé à moins de 2 mètres et pendant 3 heures avec un cas probable ou confirmé. Dans ces cas de figure, une vaccination avec un vaccin de 3e génération doit être proposée, “idéalement dans les 4 jours après le contact à risque et au maximum 14 jours plus tard” selon Santé publique France.

Les cas contacts doivent égallement surveiller leur température pendant trois semaines, “la fièvre signant le début de la contagiosité et étant plus précoce que l’éruption” d’après Santé publique France. En cas de symptômes, les patients doivent appeler le SAMU, et ne pas se rendre d’eux-mêmes aux urgences.

Leave a Comment