Royaux et (presque) normaux – Comment la reine Elizabeth II a lancé la mode du dorgi

Suite à un accident, Elizabeth II a donné ses lettres de noblesse à un bâtard. Retour sur la contribution de la reine à la célébrité du dorgi, un chien hybrid qu’elle an imposé jusqu’en une de «Vanity Fair».

Parmi les amoureux des chiens, certains ne plaisantent pas avec la race et le pedigree. Étrangement, c’est à la reine Elizabeth II que l’on doit la postérité d’un toutou hybride, le dorgi, un drôle de mélange issu du dachshund (teckel en anglais) et du corgi.

L’amour de la monarque britannique pour le Welsh Corgi Pembroke, chien gallois long et court sur pattes, n’a pu échapper à personne. Elle en a élevé plus de trente sur quatorze générations et certains ont même eu le privilège de tourner avec Daniel Craig pour le clip d’ouverture des JO de Londres en 2012.

La suite après cette publicité

Six ans plus tard, la mort de l’agent spécial willow signait la fin de la lignée de descendants de Susan, premier corgi d’Elizabeth, reçu en cadeau à ses 18 ans. Il restait alors à Sa Majesté des chiens de chasse (labradors noirs et cockers, élevés au chenil de Sandringham) et quelques dorgis.

La suite après cette publicité

L’histoire d’un accident

Non reconnu par The Kennel Club, l’association cynologique du Royaume-Uni, le dorgi est un bâtard. Comme la plupart des chiens hybrides, son origine est assez floue. En revanche, on sait d’où viennent ceux de la monarque : dans les années 1970, les premiers dorgis royaux sont nés d’un accident, d’une aventure entre Mr Pipkin, le teckel de la princesse Margaret, et Tiny, corgi de la Reine. Il y eut une portée de six chiots, qu’Elizabeth et sa sœur gardèrent. C’est ainsi que la maison Windsor donna ses lettres de noblesse à un sang mêlé.

La gloire du dorgi royal a atteint son apogée en 2016 quand deux d’entre eux, Vulcan et Candy, ont fait la une de «Vanity Fair» . Immortalisés par Annie Leibovitz, pas moins. Poser entourée de ses chiens pour son 90ème anniversaire était une requête personnelle d’Elizabeth II: à ses yeux ils font partie de la famille, (presque) au même titre que son époux ou ses enfants.

La suite après cette publicité

La suite après cette publicité

Des chiots dans les pattes

En 2020, la mort du dorgi Vulcan laissa la reine effondrée. Il ne lui restait plus que la vieille Candy. Quand le prince Philip fut hospitalisé l’année suivante, pour remonter le moral royal, le prince Andrew et ses filles les princesses Eugenie et Beatrice d’York offrirent deux chiots à Elizabeth: Muick, un corgi, et Fergus, un dorgi. Par malheur, quelques semaines plus tard, la reine a non seulement perdu son époux Philip, mais aussi son chiot Fergus. Pour remplacer ce dernier, la Reine a depuis accueilli Sandy, une petite corgi.

Angela Kelly, l’habilleuse royale, évoque dans la nouvelle version de sa biographie l’importance de ces compagnons dans le quotidien de sa patronne. «Ils mettent toujours un sourire sur les visits. (…) J’avais peur qu’il ne traînent dans les pieds de Sa Majesté, mais en réalité ils se sont révélés être de vrais dons du ciel.” Fidèles, offrant compagnie, contenance, sujet de conversation et même capital sympathie, racées ou non, ces petites bêtes ont tout du parfait allié royal.

À lire aussi : Photos – Elizabeth II – Ses corgis, la passion d’une vie

Leave a Comment