Tesla inaugure en grande pompe sa Gigafactory européenne, près de Berlin

Une Tesla Model Y lors de l'inauguration de la Gigafactory de Tesla, à Grünheide, au sud-est de Berlin, le 22 mars 2022.

Elon Musk n’aurait pu rêver temps plus radieux pour le lancement de sa Gigactory, l’usine européenne de véhicules électriques du groupe Tesla. Mardi 22 mars, pas un nuage ne voilait la lumière intense du soleil printanier, à Grünheide, près de Berlin, dans la région du Brandebourg, alors que l’excentrique industriel venait célébrer un jour historique cha la de la pre sortie Tesla fabriquée en Allemagne, deux ans et quatre mois après avoir annoncé, en novembre 2019, le choix de l’implantation, le tout sans aucune subvention.

Deux semaines plus tôt, les autorités locales avaient accordé leur feu vert sous conditions pour cette usine construite jusqu’ici avec un permis provisoire. Trois mille salariés travaillent déjà sur le site, qui pourra produire, à terme, 500 000 véhicules par an. En pénétrant dans le bâtiment gigantesque, on se demande si on n’est pas entré par erreur dans un de ces temples berlinois de la techno, qui mêlent esthétique industrielle et éclairageiste.

Vibrant jeunesse

La musique est, en tout cas, la même. Et le public, composé essentiellement d’employés du groupe, est presque identique, gilets jaunes griffés “Tesla” en plus. La moyenne d’âge ne doit pas dépasser les 29 ans, on parle l’anglais, l’allemand. Ce sont en majorité des hommes. Les bras sont couverts de tatouages, les barbes ont été taillées avec soin, et les cheveux sont parfaitement stylés sur les fronts. Tous se pressent autour du tunnel de panneaux lumineux qui abrite le Model Y inaugural, un des trente véhicules qui doivent être remis aux premiers clients – la plupart salariés de l’usine – par Elon Musk lui-même.

Le moment devient une performance techno, hommage à la fois à Detroit et à Berlin, qui revisite et ringardise en même temps tous les codes de l’automobile allemande. A Wolfsburg, Stuttgart et Munich, bastions traditionnels du secteur, il sera difficile de s’aligner sur cette jeunesse vibrante. Au fond, la partie production semble briller sous son éclairage ultra-blanc. Seuls quelques bras articulés rouges viennent trancher les variations de gris et blanc typiques de l’univers Tesla et SpaceX. Rien ne semble devoir céder aux codes esthétiques de la marque.

Lire aussi Article réserve à nos abonnés La Gigafactory Tesla près de Berlin, ou comment Elon Musk bouscule le secteur automobile en Allemagne

Soudain, les têtes se tournent, une délégation fait son entrée. « Des vieux », soupirent trois jeunes, visiblement déçus. C’est le chancelier, Olaf Scholz, le président de la région du Brandebourg, Dietmar Woidke, et le ministre de l’économie, Robert Habeck, qui viennent d’arriver. La vraie pop star du jour se fera attendre encore quelques minutes. Quand Elon Musk, inhabituellement vêtu d’un costume, entre en scène, le show peut enfin commencer.

Il vous reste 51.3% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Comment