Virus Monkeypox : quarantaine, pas de contacts avec les animaux domestiques… les recommandations de l’Union Européenne contre la variole du singe

Plus d’une centaine de cas d’infection à la variole du singe ont été détectés dans neuf pays européens.

Le Center européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a publié un rapport sur les infections à virus Monkeybox et leur propagation. Toutes les personnes infectées par la variole du singe doivent être isolees jusqu’à la guérison complète de l’éruption pustuleuse à l’origine de la maladie. L’ECDC demande d’éviter tout contact avec des personnes immunodéprimées et des animaux domestiques, en plus de s’abstenir de toute activité sexuelle et de tout contact physique.

Selon l’évaluation épidémiologique de l’ECDC, “il existe un risque potentiel de transmission de l’homme à l’animal en Europe”. L’agence n’a pas encore connaissance d’infections animales dans l’UE par le Monkeypox, mais si le virus se propageait parmi la population animale, “il ya un risque que la maladie soit endémique en Europe”.

A lire aussi :
Virus Monkeypox : pourquoi l’Espagne est-elle le pays le plus touché au monde ? Après le sauna, un festival de 80 000 personnes dans le viseur

La transmission se fait lors de rapports sexuels

La transmission entre humins se produit par contact étroit avec du matériel infectieux provenant de lesions cutanées d’une personne infectée, par des gouttelettes respiratoires provenant d’un contact face à face prolongé, indique le rapport.

Il note égallement que la prédominance dans l’épidémie actuelle de cas humains a été diagnostiquée chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes et la nature des lésions qui surviennent dans certains cas suggère que la transmission s’est produite lors de rapports sexuels.

A lire aussi :
Virus Monkeypox : en novembre dernier, Bill Gates évoquait déjà une épidémie de “variole bioterroriste”

Les jeunes enfants et femmes enceintes à risque

L’ECDC rappelle que la plupart des cas présentaient des symptômes bénins de la maladie, même si l’agence prévient qu’elle peut provoquer des maladies graves dans certain groups of population (jeunes enfants, femmes enceintes, personnes immunodéprimées). Au contraire, en cas de contact rapproché, par exemple lors d’activités sexuelles entre plusieurs personnes, la probabilité est “elevée”.

Les pays de l’Union Européenne sont appelés à se ‘concentrer sur l’identification rapidla gestion, la recherche des contacts et la notification” des nouveaux cas de Monkeypox.

A lire aussi :
Virus Monkeypox : La Belgique instaure un confinement obligatoire de 3 semaines pour les cas de variole du singe

Leave a Comment